Le Sanctuaire de Trenner, par Geld Fildetrame

Bienvenue au village de Clairval, et ses alentours sauvages...
Avatar du membre
Blaireau Garou
Participant(e)
Participant(e)
Messages : 938
Contact :

Le Sanctuaire de Trenner, par Geld Fildetrame

Message#1 » 25 août 2018, 17:38

Des héros, voilà comment on nous appelle maintenant mais je doute que ce soit légitime. Je me dis toujours que nous aurions put faire mieux.

C’est peut être pour ça que j’ai accepté sans hésiter notre nouvelle mission. Roddrick a reçu une demande d’aide en la personne de Tiburd TendrePied de la bourgade de Twemby au sud est de Claireval. Cette communauté Hobbite est menacée par une armée d’invasion orcs, sans doute du même type que celle de Fort Boueux.
Le voyage vers Twemby en lui-même ne nous posa aucun problème, pensez donc entre 2 rodeurs dont Tiburd qui en plus est de la région et un druide, bref nous avons été à bon train et nous sommes arrivé en avance sur l’horaire prévu Nous avons cependant rencontrer un groupe assez louche lors qu’un campement nocturne, Eric a fait son Eric et à coucher avec la femme de ce groupe de disons le clairement brigands potentiels l’histoire n’est pas claire mais ils avait un bijou que j’ai reconnu comme le bracelet des Mortemires je l’ai racheté à fort prix mais si je ne l’avais pas fait là, jamais nous ne l’aurions retrouvé par la suite. Je me demande ce qu’il est arrivé ça Julius.
Avant de rencontrer le Graf Honoré Mildengap, nous avons fait halte à l’auberge de Muguette Petitplats. Et ça mes amis, c’est la Civilisation ! Quoi qu’en dise les grands dadais, un vrai repas Hobbit ça vous ramène le moral au plus haut. Je peux comprendre que Istoc ai calé, c’est un gnome, il est limité en contenance, je peux comprendre pour Ealdor aussi, une vie d’ascète ne l’a pas préparé à ça, mais Eric et Grydin, deux grand gaillards comme ça, pâlir devant une omelette de 12 œufs (chacun) … Bref ! On a fait le plein et le Graf est en mesure de nous recevoir.
Messire Honoré Mildengap, c’est un Graf que le poids des ans à investis d’une grande sagesse et d’une longue expérience. Apres les amabilités d’usages, nous entrons dans le vif du sujet quand Tibord Tendrepied nous rejoint. C’est le père de Tiburd et le chef des rodeurs du village. Il nous expose les faits, à savoir une puissante troupe forte de plusieurs milliers d’orcs de gobelins mais aussi des gobelours et des ogres avance vers Twemby en traversant en plein la Foret de Haute-Sylve qui est pourtant un royaume elfique. Il est impensable que les elfes puissent les laisser passer sachant cela. Devant la menace Twemby n’a pas qu’appelé à l’aide Clairval, mais aussi les Nains et un contingent fait route vers notre position. Le problème est que les orcs se sont établit en bordure de la foret et si les Nains pénètrent le royaume Elfe, une guerre a toutes les chances d’éclater entre eux avant même que les orcs soit repoussés ou exterminés.
Il est donc décidé qu’il faut éliminer les chefs Orcs pour déstabiliser la cohésion de l’armée orcs puis par une tactique de guérilla, grande spécialité Hobbite, les pousser à avancer hors de leur refuge ou le Marteau de l’Host Nain pourra s’abattre sur eux sans causer d’incident diplomatique. Et pour l’élimination des chefs, c’est pour notre pomme et le temps presse car nous devons être synchro avec l’arrivé des nains pour faire sortir les orcs : si on est en retard, les Nains entreront chez les elfes, et si on est trop tôt, les orcs auront rasé Twemby avant l’arrivé des nains. Pendant que Tibord rassemblera ses hommes Tiburd nous mènera à un promontoire d’observation d’où nous pourrons nous rendre mieux compte de la configuration et préparer notre approche. Mais bon, on va quand même déjeuner chez Muguette, après la collation chez le Graf.
C’est une belle campagne que nous traversons, bien loin des marais de Fort Boueux. Le trajet aurait put être calme si nous n’étions pas tombé sur un ogre isolé. Je ne peux pas croire que cet ignoble balourd soit un éclaireur, mais il était équipé d’une armure d’écailles à sa taille et d’un tabard noir avec un crane blanc en guise de blason. Nous l’avons vaincu mais non sans mal c’était un coriace. Malheureusement cela nous en apprends pas mal sur les forces que nous affrontons : ils sont équipés, organisés, et le dirigeant est assez fort pour se faire respecter des ogres. Et à cela on peut être sure que plusieurs shamans leurs offres un appui magique.

Le promontoire est accessible par une faille naturelle et bien dissimulée. Il nous offre une belle vue en hauteur tout en nous cachant des observateurs potentiels au sol. Des traces de bivouaques nous montrent qu’il est très régulièrement utilisé. Avant de décider quoi que ce soit, nous avons mis à profit notre position pour observer les peaux vertes. Alors que Tiburd s’absente pour le ravitaillement, nous sommes surpris part deux elfes du royaume de Haute Sylve (mais ça ce n’est pas surprenant). Tinsirith un Haut Elfe de la cour royale avec beaucoup de prestance et Aram Feuille Rouge, un elfe sylvain rodeur muet. Heureusement que nos objectifs correspondent car on ne les aurait entendus que trop tard.
Nous partageons nos informations, enfin nous disons ce que nous savons, notamment l’incursion sur Fort Boueux et Tinsirith confirme ou corrige nos affirmations. Lui n’en dit pas tant que ça sur ce qui ce passe dans Haute Sylve, mais il nous apprend avoir découvert un passage dissimulé pour entrer dans le grand bâtiment que le commandement Orc occupe, le Sanctuaire de Trenner, et qui nous permettrait d’éviter le campement du reste des troupes en contrebas.

Le temps joue contre nous aussi nous nous mettons en route sans tarder. Les Goblinoïdes voient bien dans le noir donc le couvert de la nuit les avantagerait sur ceux qui comme moi ne sont pas nyctalope. Apres un large détour nous arrivons au passage dérobé sans faire de rencontre inopportune. Une chance car une fois à l’intérieur, nous allons nous confronter aux meilleurs éléments des envahisseurs. La maçonnerie du souterrain nous semble d’un autre temps, Tinsirith nous dit que ce temple est abandonné depuis très longtemps et qu’il date d’une autre ère (c’est un elfe qui dit ça !). Arrivé au bout, nous trouvons un coffre avec 2 épées courtes de grande facture dont une en fer froid ainsi que deux carquois de flèches de guerre tout prêt d’une porte secrète. Quand nous l’ouvrons nous voyons qu’elle débouche sur une salle sans fenêtre mais avec une magnifique mosaïque d’une chute d’eau. Et c’est la que les choses sérieuses commence avec une patrouille de 2 soldats orcs. La surprise et de notre coté mais il ne fait aucun doute qu’ils sont d’une autre étoffe que la piétaille que nous avons repoussé à Vireux.

L’exploration de ce sous-sol nous conduits à d’autres découvertes : une fontaine en or vandalisée, trois humains prisonniers, sévèrement blessés, deux ont la langue coupée. Celui qui peut parler nous apprend qu’ils viennent d’un village au nord de la foret de Haute Sylve, et qu’ils ne sont pas les seuls à avoir été capturés, mais que beaucoup sont déjà mort. Par prudence nous les amenons dans la salle avec la mosaïque par ou nous sommes arrivé, avec la promesse de revenir les évacuer. Nous affrontons aussi un autre groupe d’orcs, 2 soldats épaulés de 2 shamans. Encore une fois nous sommes victorieux car nous avons défait rapidement les jeteurs de malédictions. Apres cela les 2 soldats n’avaient aucunes chances face à notre nombre et notre organisation. Nous découvrons enfin une salle dissimulée qui nous laisse sans voix.

Cette salle est un dôme, une voute semblable au ciel nocturne. À l’autre bout un couloir nous mène à ce qui semble être un Temple de Farëndil aux inscriptions en ancien elfique que même Tinsirith peine à lire (je ne parle même pas des non-efles). Il possède de nombreuses statues des alcôves et un autel. En plus de diverses offrandes en or, pierreries et objets magiques (qu’il a fallu convaincre Eric de ne pas piller) en son centre trône un orbe de bien 4 mètres de diamètre dans lequel nous voyons un pic montagneux comme si nous chevauchions les vents comme un aigle. Nous y trouvons un texte, une prophétie que Tinsirith nous traduit ainsi :

Quand viendra le temps des pleurs
Et des langues coupées,
Pour défendre leurs terres
En de bien sombres heures,
Des héros devront retrouver
Le gant d’acier et de lumière.
Dans les monts des brumes du nord,
Dans sa gangue de ténèbres,
Le front brulant de fièvre,
Gît la puissance de Lunédor
Enfermé dans les ruines
De la fière ANATHAZERÏN.
Perdu dans les arbres maudits,
L’elfe d’Airain accompagne
Le Gardien dans le jardin flétri
De sa haine et de sa hargne.
Cherche les Indécis
Cherche les bois.
Passe l’Arche de brume
Et entre le cœur plein d’émoi
Dans la verdure chlorée
Des jardins de l’amertume
Où dort le Gardien Nacré.
Avant d’être porté au loin,
Aux portes de la cité d’Airain
Alors les antiques splendeurs
Seront révélées aux héros
Pour restaurer la grandeur
Et les atours Royaux.

Malheureusement comme je l’ai dit le temps est contre nous et nous avons peut être trop tardé devant ces merveilles. Lorsque nous rejoignons le sous sol toujours pas de bruits. Nous montons au Rez de chaussée et nous pouvons voir dans la cour intérieure du sanctuaire une forte troupe d’élites à l’entrainement. Outre les orcs, nous voyons des Gobelours et des ogres comme celui que nous avons éliminé. C’est à ce moment qu’une patrouille de 10 orcs nous surprend ! Nous devons les éliminer avant qu’ils ne donnent l’alerte car face à toute la garnison en même temps ce serait cause perdue.

Le combat est très rude et nous sommes mis à l’épreuve d’autant qu’à peine avons-nous réduits leur nombre que 2 gobelours et le général orc se joignent à la bataille. Sa hache tranche la chaire comme rien et le sang versé soigne ses propres blessures. Nous sommes passé à deux doigts du massacre mais nous avons finit par l’emporter. Pendant que les plus blessés pansent leurs plaies nous trouvons sur le général une lettre cachetée. En substance ce son des ordres montrant que l’attaque de Fort Boueux et celle-ci s’inscrivent dans un plan plus vaste visant tout les royaumes humains dans les Marches du Piémont. Il y est fait mention aussi d’un certain G de la cour elfique qui leur donne des informations cruciales sur les mouvements militaires elfes. Tinsirith est particulièrement furieux qu’il y ai un traitre dans l’entourage de sa souveraine. Nous trouvons aussi dans les quartiers du général deux captives humaines. Je ne m’étendrais pas sur les sévices qu’elles ont due subir. Le camp semble s’agiter aussi nous nous replions vers le temple avec l’Orbe. La nous prenons le temps de nous remettre, d’autant qu’a travers la porte dissimulée nous pouvons entendre que la dépouille du général à été découverte et que les combats pour la succession commencent.

Quand les chosent se calment, nous sortons prudemment de notre cachette pour rejoindre les 3 premiers prisonniers que nous avons libéré. Pour ressortir nous avons prévu de prendre le même chemin que pour notre entré, au détail près que nous ne savons pas comment rouvrir la porte de ce coté. Heureusement Istoc nous sort de ce mauvais pas ! Avec quelques incantations et gestes cryptiques, le voilà immatériel et franchissant le mur de pierre comme rien. Il déverrouille donc la porte et permet notre évasion.

Le retour à été plus long quand nous sommes quand même fatigués et celles et ceux que nous avons sauvé sont dans un état d’épuisement plus grave encore. De retour à l’air libre j’informe Tiburd de la réussite de notre entreprise et je l’enjoins à partir sans nous attendre avertir son père de commencer le harcèlement. Celui-ci le comprend vite et disparait dans le sous bois. Je mets à profit toute l’aide que je peux tirer de la foret pour nous permettre de rentrer assez vite.

Lorsque nous arrivons aux abords de Twemby la bataille fait déjà rage. Plus de 3000 peaux vertes et assimilés lancent de courts assauts désorganisés qui se brisent sur les puissants renforts venue défendre la communauté hobbits : un ost de guerre nain fort de 300 guerriers en armures lourdes. Et pendant que le front se fait écraser impitoyablement, ceux que l’arrière se battent entre eux parce que chacun pense pouvoir être le chef. Apres quelques heures et autant de morts dans leur rang causé par les nains que par eux même, c’est la débandade. Malheureusement les nains ne peuvent pas se permettre de les poursuivre car cela dégarnirais le village, et pourrait les conduire sur le territoire elfe (ce que nous avons tout fait pour éviter).

Au lendemain, après avoir rendu hommages aux quelques nains tombés au combat, un conseil de guerre ce tient avec le Graf Honoré Mildengap, Tibord et quelques rodeurs, Jharoom et le commandement nain, Tinsirith et enfin la compagnie de Clairval. Malgrés les toasts et le 2eme petit déjeuné fourni par Muguette Petitplats L’ambiance est tendue entre l’elfe et les nains, les accusations fusent de part et d’autres de la table surtout quand une troupe de ranger de Haute Sylve rejoint le village et fait connaitre sa présence aux nains.

En ce qui nous concerne, le Graf mets un point d’honneur à nous récompenser : Pour nous aider dans nos recherche sur la prophétie nous allons nous rendre à Monastir, une cité reconnue pour ses érudits et sont temple de la connaissance. Le Graf nous donne une lettre de recommandation pour un de ses amis, et nous dit que nous pourront compter sur le réseau d’entente Hobbit à l’avenir. Ealdore et Istoc recevront chacun un automate gnome magique comme familier. (Comme si un tas de ferraille pouvait être supérieur à l’œuvre de la nature pfff). Moi et les autres préférons une armure de cuire sur mesure.

Tinsirith exige la lettre cacheté découverte sur le général orc, les restitutions d’objets magiques pris au sanctuaire (dont une baguette qu’Ealdore avait apprécié l’usage) et le retrait des nains. Les nains n’avaient pas l’intention de rester au départ mais se voir intimer l’ordre de quitter les lieux est le meilleur moyen de les faire rester. Le Graf a dut déployer des trésors de diplomatie pour ménager la chèvre et le chou et qu’un nouvel affrontement de débute pas sur le champ (en pleine collation de 10h !). Tinsirith obtient gain de cause sur ses exigences, mais la confiance entre Haute Sylve et les autres parties de cette alliance de circonstance est définitivement mise à mal.
Je ne peux m’empêcher de penser que nous ne sommes pas complètements vainqueurs et que notre adversaire a put avancer ses pions
Martyre de Yhala voué au bas débit avec et sans fil
- Nous croyons fermement que c'est une grave erreur d'avoir des croyances fermes. - extrait des Principia Discordia

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron